Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Action catholique ouvrière 92 sud

Message du Bresil

22 Décembre 2007 , Rédigé par aco 92 sud Publié dans #Actualités

Comme l'année dernière un message d'un autre pays. Celui-ci m'a été envoyé par Jean-Claude Relave et vient du Bresil :

DIEU ABSENT ? DIEU AVEC NOUS ?
Nouvelle tropicale, à l’occasion de Noël.

Sortant de l’avion qui me ramène de France, je pose le pied sur le sol brésilien. Une bouffée d’air tropical me fouette le visage : je me frotte les yeux, je crois rêver! Oú ai-je débarqué ?

... Je viens d’un monde oú Dieu est le grand absent et je débarque sur un continent où Dieu s’affiche partout ! Serais-je arrivé au Ciel ?
        
Quelle surprise ! C’est comme si tout d’un coup Jésus trouvait sa place à l’hôtellerie de Bethléem! Quelle merveille, je nage dans un décor de Noël et déjà les guirlandes de la nativité escaladent les rues et les vitrines! Pourtant dans un coin de ma petite tête je me dis que c’est trop beau pour être vrai. Je redescends sur terre et cartésien têtu, je me souviens qu’ici une vie d’homme, surtout quand il est pauvre, compte souvent moins qu’en Europe, pays des droits de l’homme! 
           *** 
Quel dépaysement pourtant! Je viens d’un pays oú Dieu est le grand absent. Il est prié de se ranger tranquillement dans la sphère privée pour ne pas indisposer la vie publique.

Pourquoi viendrait-il déranger le cours du CAC 40 et les décisions des hommes d’affaires ? Il serait capable de mettre l’homme au centre sous prétexte qu’il l’a  fait à son image et ressemblance.

Pourquoi viendrait-il incommoder les présidents et les hommes politiques dans la gestion de la chose publique ? Il serait encore capable de mettre son grain de sable, sous prétexte que la terre est à tous et que les hommes sont égaux en droits.

Pourquoi viendrait-il déranger les scientifiques dans leur travail de recherche et d’applications technologiques ? Il pourrait faire dérailler leurs calculs ou leurs prévisions sous prétexte que le futur lui appartient.
Le simple citoyen en vient lui ausi à penser que Dieu n’a aucun intérêt pour lui dans sa vie quotidienne (sauf dans les coups durs où il se réinvite subrepticement) .
Pourquoi viendrait-il dicter ses comportements et l’empêcher de céder aux messages fantasmés des maîtres de la consommation, qui promettent le bonheur pour tout de suite, avec en prime le miroir aux alouettes, à condition d’acheter... Consomme et surtout ne pense pas... Enfin, consomme si tu peux !

... En Europe vit-on dans le même monde qu’en Amérique latine ? Y a-t-il encore une place pour l’enfant-Dieu dans l’auberge européenne, plus que garnie de victuailles, de confort, et de maîtres à penser...
***
Sur l’autre rive de l’Atlantique sud, Dieu s’affiche partout, il est plutôt envahissant.
Enfin lui, ou son Fils celui que la Bible appelle l’Emmanuel (Dieu avec nous) ; et aussi la mère de son Fils, Marie, et toute sa famille, je veux dire les saints, et Dieu sait s’il y en a ici! Dieu sait, enfin ! j’espère qu’il sait combien, car il y en bien parmi eux quelques emplois fictifs, mais Dieu n’est pas trop regardant quand c’est de bonne foi.  Entre nous soit dit, ils tous été empruntés à l’Europe, à part le dernier né, en 2007, le Frère Galvâo !

Ici, Dieu est partout chez lui, il est dans toutes les conversations de la rue, il s’affiche sur le pare-brise du taxi, dans la boutique de l’épicier, sur le paquet de riz, et sur le fronton des nombreuses églises qui se le disputent à chaque coin de rue. Chacune a le vrai, mais lui il s’en fiche il est au dessus ou au delà ! 
 Parfois même Dieu ose s’afficher à l’intérieur des bâtiment publics ou même dans les discours des politiques ; mais Dieu se méfie, il n’est pas dupe, certains sont naïvement de bonne foi mais d’autres calculent que ça peut rapporter gros. 

 Ah oui j’allais oublier, grosse gaffe ! Mais c’est si courant d’oublier les pauvres types, ceux qui ne comptent que pour du beurre... Dieu s’invite aussi chez eux, oui ! Enfin, surtout chez eux, les pauvres. C’est pas étonnant quand tout le monde les abandonne, (les pouvoirs publics, les employeurs ou les commerçants, parce que pas intéressants !) ils ont au moins Lui qui pense à eux et leur donne un peu de baume au cœur. Pour eux surtout il y a un Bon Dieu. Dieu est leur seul recours pour se lever encore et sourire à leurs enfants. Dieu s’invite dans la baraque en bois peint ou dans celle du voisin, en pisé et couverte de paille. Et pourtant je vous dirais qu’il n’y a pas l’eau courante, mais je soupçonne Dieu de ne pas aimer se laver, à la manière des enfants pas sages !

Mais chut ! Là au moins, si on a pas tout le confort, on peut toujours trouver un petit coin pour s’asseoir ou pendre son hamac, manger un peu de riz et quelques haricots même s’il n’y en a pas beaucoup au fond de la gamelle, on peut toujours partager. Enfin ! pour celui qui en a envie, car tout le monde n’est pas comme Dieu, il y en a qui préfèrent garder leurs couverts pour eux seuls, surtout s’ils sont en argent... Et si une jeune femme enceinte comme il y en a tant ici, se mettait en tête dans son insouciance d’accoucher ici, on trouverait bien un coin de paillasse pour coucher le nouveau-né.
***
  ... Mais enfin où ai-je débarqué ???
Je me frotte les yeux pour sortir de mon rêve éveillé. Quelqu’un me tape sur l’épaule :
_ Mais enfin qu’est-ce qui t’arrive, t’es pas bien, il faut retourner aux choses sérieuses, il faut préparer la messe de Noël á Brejo Grande, c’est toi qui célèbre. Il y aura beaucoup de chants, plein de guirlandes multicolores, des personnages qui font rêver, des paroles douces, des souvenirs et plein d’enfants...
_ Mais, est-ce que vous n’avez pas oublié d’inviter Quelqu’un ? Enfin, je veux dire Dieu, ou au moins son Fils, vous savez celui qui vient de naître, l’Emmanuel ? J’espère qu’il y aura encore une place pour lui dans l’église pleine á craquer, sinon quand il reviendra pour de bon, à la fin des temps, il risquerait bien de ne pas y avoir de place pour nous?
Pierre CHOVET, du Brésil, Noël 2007
Feliz Natal !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article