Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Action catholique ouvrière 92 sud

Communiqués

3 Octobre 2007 , Rédigé par aco 92 sud Publié dans #secteur

 ATTENTION NOUVEAU MAIL POUR LE COMITE DE SECTEUR : aco92sud@yahoo.fr

 

COMMUNIQUES CCFD/ACO


ACO                                                                                                Septembre 2002
DECLARATION DE L'ACO  

 

ASSEMBLEE GENERALE DU CCFD

DU MARDI 24 SEPTEMBRE 2002  

 

L'ACO a toujours porté une attention particulière aux questions de solidarité internationale au travers de son engagement actif au sein du CCFD et dans le Mouvement mondial des travailleurs chrétiens (MMTC)  

 

Pour ses membres, la dimension internationale fait partie intégrante de l'action quotidienne qu'ils mènent, dans la diversité des organisations syndicales, politiques et associatives, pour la justice et la dignité. Cette dimension vient aussi enrichir leur foi et leur recherche en un Dieu Amour présent aux plus petits. 

 

L'ACO est donc fortement attachée aux valeurs défendues par le CCFD, mouvement original d'Eglise, en direction des partenaires des pays du Sud, notamment les plus pauvres La démarche du CCFD qui est de bâtir des liens autour d'objectifs communs et en réciprocité, rejoint tout à fait celle de l'ACO dans sa démarche de rencontres et de dialogues avec ceux et celles rencontrées sur les chemins de la vie, en particulier les plus démunis.  

 

L'ACO partage aussi pleinement les orientations du CCFD qui dénonce un libéralisme économique effréné qui, partout dans le monde, ici et là-bas, produit les mêmes effets: pauvreté grandissante, coupes sombres dans les budgets sociaux, pillage des richesses, pollution, émigration etc.. 

 

C'est pourquoi, nous nous interrogeons fortement sur les motivations ayant conduit à l'embauche du nouveau directeur du "Département projets-programmes, cofinancement" du CCFD. 

 

Il ne nous appartient pas de porter un jugement sur l'homme lui-même, que nous ne connaissons pas et que nous respectons, mais d'interroger l'ensemble du CCFD, et en particulier les vingt neuf mouvements et services qui composent sa collégialité. 

 

Au vu du parcours et de l'expérience professionnelle de la personne embauchée, il apparaît très fortement qu'il n'y a pas adéquation avec la fiche de poste diffusée. 

 

Nous sommes dans une période où la répression syndicale a tendance à augmenter en France. La liberté syndicale, inscrite dans la constitution, n'est pas garantie dans bon nombre d'entreprises notamment des PME. Par nos contacts avec les mouvements frères du MMTC nous savons aussi les énormes difficultés rencontrées dans bon nombre de pays du Sud pour créer un syndicat, voire y militer. Certains le payent très cher. 

 

Alors, comment ne pas être surpris quand on découvre que le candidat retenu a commencé sa carrière de juriste dans la branche la plus conservatrice et la plus répressive du patronat français: l'Union des industries métallurgiques et minières (UlMM). I1s sont nombreux les membres de l'ACO a pouvoir témoigner de la répression qu'ils ont subi - ou qu'ils subissent encore de la part des dirigeants de cette fédération (blocage de leur carrière, impossibilité de retrouver du travail sur une même région etc.).

 Comment ne pas être encore étonnés de voir qu'ayant été Directeur des relations humaines de deux 

grands groupes il met en avant son expérience "de fermeture de plusieurs ateliers, de gestion de grève", voire "de fermetures d'usines et de montage de plans sociaux". Derrière ces phrases froides et banales, nous, membres de l'ACO, inscrivons les dialogues et partages que nous avons eu avec les ouvriers de chez Moulinex, Danone, Lu et autres Levi's et tant d'autres victimes des restructurations sauvages et qui se retrouvent sur le carreau, sans avenir, sans lendemain.  

Nous reconnaissons à chacun le droit d'évoluer dans sa manière de penser et d'agir. Et son passage à la Fondation Terre des Hommes puis à l'association française des volontaires du progrès en Afrique marque une rupture notable dans sa carrière professionnelle. Dont acte. Mais, est-ce suffIsant pour répondre aux critères demandés, d'autant que la pratique de l'expatriation n'est pas celle du CCFD qui y préfère, avec raison celle de partenariat.

 Quand à "l'expérience d'Eglise, à la très bonne connaissance du CCFD, de sa collégialité de mouvements et de services d'Eglise et de leurs structures internationales" réclamées dans la fiche de poste, e11es n'apparaissent nullement.

             ******************************************************
 

ACO Région Ile de France 
174 rue Championnet 
75018 PARIS 
Tel/Rép/Fax 01 42 63 12 56 
 Courriel : aco-rif@wanadoo.fr  

 

                                             Paris, le 27 avril 2007

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

Alain AUDY 
Secrétaire général ACO 
7 rue Paul Lelong 
75002 Paris. 


Objet : Licenciement de Lidia MIANI. 

 

Alain, bonjour.  
 

Alertés par des membres d’ACO, militants au CCFD, nous avons pris connaissance des procédures à l’encontre de Lidia MIANI et savons qu’un certain nombre de membres ACO de notre région ont déjà signé la pétition de soutien initiée par la CFDT à titre individuel.  
 

Réunis en bureau le 26 avril 2007, Gérard Soulier, membre du CN, nous a donné des informations sur ce dossier et nous a transmis le texte joint, écrit par les 3 représentants de notre région au CN. 
 

Nous soutenons la position prise par le bureau national. Nous demandons d’intervenir à nouveau auprès de la direction du CCFD pour que cette affaire puisse être résolue dans le respect de la personne et du droit du travail.

En l’absence d’une réponse rapide, nous serons amenés à informer l’ensemble des secteurs de la région en leur demandant de participer aux appels pour la défense de Lidia. 
 

Merci de bien vouloir transmettre ce courrier aux 2 présidents de l’ACO.  
 

Avec nos cordiales salutations. 
 

            Pour le bureau de l’ACO RIF 

                                                                                         Le responsable régional 
 

                                                                                      Joël TIJOU 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                **********************************************

 

Lors du Conseil National du 15 avril, un temps a été consacré au CCFD : l’ACO est membre de la collégialité. C’est donc le  mouvement ACO qui agit en son sein, avec tout ce que cela comporte comme droit et devoir.

Les événements qui se sont passés et qui se passent actuellement, entrent peut-être dans une démarche qui nous est tout à fait étrangère et dont Lidia est la victime. C’est peut-être l’arbre qui cache la forêt. Il nous paraît  évident que nous n’avons pas tous les éléments en main.

: Avec ce qui se passe depuis quelques jours (pétitions, « débats  sur la place publique), que va être  l’avenir du CCFD ?  Personne ne peut le dire.

ü      Que va-t-il advenir des donateurs ?

ü      A qui profite toute cette agitation ?

ü      Que va devenir Lidia ?

Des rencontres ont lieu afin que chacune des parties puissent sortir de cette crise avec les honneurs.

Nous pensons que toute cette agitation, même si ce que doit vivre Lidia est insupportable doit rester dans l’enceinte du CCFD. Le remède est peut-être pire que la maladie. Mais afin de conforter les orientations actuelles du CCFD, il est important que tous les membres du CCFD soient acteurs des débats qui ont lieu au sein de cette ONG pour les orientations futures et qu’ils y soient attentifs. 

 

Décimo Bernadette, Robert Martine, Gérard Soulier,    membres du conseil national de l’ACO

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article